Pour et contre des modèles de pluriculturalisme et plurilinguisme officiels / For and Against Models of Official Multiculturalism and Multilingualism

Pour et contre des modèles de pluriculturalisme et plurilinguisme officiels / For and Against Models of Official Multiculturalism and Multilingualism

Université McGill, les 5, 6, 7 mai 2016
(deadline: 1 May 2015)
Conférenciers invités / Invited Speakers
  • François Gin, Université de Genève, Suisse
  • Reine Meylaerts, K. U. Leuven, Belgique
  • Vanamala Viswanatha, Azim Premji University, Inde
Le colloque international et interdisciplinaire « Pour et contre des modèles de pluriculturalisme et plurilinguisme officiels » invite à échanger sur des modèles de pluriculturalisme et plurilinguisme officiels à imiter ou à éviter dans des contextes nationaux, régionaux ou municipaux.
Alors que la constitution d’un pays légifère le plurilinguisme officiel, les langues officielles jouissant ainsi du même statut juridique, celles-ci ne bénéficient souvent pas d’égalité pour des raisons historiques et symboliques. Les relations de pouvoir linguistique et culturel asymétriques, reconnues comme des entraves à la réalisation de l’égalité des groupes socio-linguistiques, ont été étudiées par bon nombre de chercheurs (Bastarache, Brachandall, Cardinal, Casanova, Conrick, Cronin, Lamarre, Meylaerts, à titre d’exemples) de vocations disciplinaires différentes (p. ex., droit, science politique, sociologie, traductologie).
En mai 2016, l’année précédant le 150e anniversaire de la naissance du Canada comme un pays officiellement bilingue, le colloque de McGill regroupera des spécialistes qui feront part de leurs recherches sur les défis et les succès du pluriculturalisme et du plurilinguisme officiels.

Le colloque souhaite donner l’occasion de présenter des études de cas de bon nombre des pays officiellement plurilingues, à savoir l’Afrique du Sud, la Belgique, la Biélorussie, la Bolivie, le Burundi, le Cameroun, la Finlande, l’Inde, l’Ireland, Israël, le Maroc, le Pakistan, le Paraguay, le Rwanda, les Seychelles, Singapour, le Sri Lanka, la Suisse, entre autres, et – de toute évidence – le Canada, en plus des modèles issus de ces pays.
 —
This international interdisciplinary conference will welcome experts to exchange views on official multilingualism in national, regional and municipal contexts.While official multilingualism promotes and protects equal linguistic rights in legislation, often the constitution, for historic and symbolic reasons official languages do not always enjoy equal status in practice. Unequal cultural and linguistic power relations have been studied by numerous scholars (Bastarache, Brachandall, Cardinal, Casanova, Conrick, Cronin, Lamarre, Meylaerts, to name but a few) in various disciplines (e.g. the law, political science, sociology, translation studies) and are recognized as a major hurdle to achieving true equality. In anticipation of Canada’s 150th birthday as an officially bilingual country founded in 1867, the McGill conference will invite scholars to present research findings on the challenges and successes of official multilingualism. The conference will provide a forum for the presentation of case studies and models of many of the world’s officially multilingual countries (Belgium, Belarus, Bolivia, Burundi, Cameroon, Finland, India, Ireland, Israel, Kenya, Morocco, Pakistan, Paraguay, Rwanda, Seychelles, Singapore, South Africa, Sri Lanka, Switzerland, among others, and—last but not least—Canada).
Info: www.crfpp.uottawa.ca
Share