Des ressources pédagogiques sur les droits linguistiques en langues amérindiennes

En décembre 2016 a eu lieu la signature du Protocole de Donostia pour la garantie des droits linguistiques, dernière étape, à ce jour, vers la concrétion d’un instrument permettant la mise en œuvre des valeurs et principes annoncés dans la Déclaration Universelle des Droits Linguistiques (Barcelone, 1996) puis repris dans le Manifeste de Girona (2011).

Avec ce nouveau projet, Linguapax ouvre une voie de dialogue entre le Protocole de Donostia et des contextes extra-Européens où prévalent des dynamiques alternatives de la diversité linguistique mais aussi différentes idéologies linguistiques.

Dans cette phase initiale nous proposons un premier échange entre le Protocole (en particulier, ses valeurs fondamentales) et quatre communautés amérindiennes: les langues et cultures quechua (Equateur), hñahñu (otomí, Méxique), zapotec (Méxique) et ñegatú (Amazone, Brésil). À ce stade, les diverses communautés explorent et interprètent les approches proposées dans le Protocole et élaborent des ressources pour les distribuer parmi leurs locuteurs. 

La proposition Zapotec vise à développer une carte interactive des territoires où se parle le Zapotec en soulignant, en premier lieu, les éléments autochtones qui distinguent la culture: le territoire, le nom propre des variétés culturelles et les facteurs identitaires distinctifs (comme les tenues vestimentaires ou la cuisine traditionnelle qui font souvent l’objet de simplifications folkloristes dans une perspective occidentale, mais qui sont inhérents à l’expérience même de la langue de la culture communicative).

Le Negatu propose la création d’une application de téléphonie mobile qui permet de présenter les principes relatifs aux droits linguistiques et de les mettre en pratique au travers des médias numériques.

Le Quechua et l’Otomi explorent la mise en œuvre d’initiatives similaires en format numérique.

Dans une deuxième phase de développement, ces éléments permettront de mettre en place des contenus relatif aux droits linguistiques dans les domaines de la formation, de l’éducation non-formelle et des formes de loisirs autochtones propres à différentes communautés linguistiques, comme celles représentées ici, ainsi que d’autres écosystèmes linguistiques auxquels Linguapax a accès par l’intermédiaire de son réseau.

 

Share